Bruxelles, capitale de la Belgique, est aussi la capitale de 500 millions d’Européens. Une ville où cohabitent plus de 184 nationalités qui vivent ensemble au quotidien.

Ainsi notre ville est unique et connait un rayonnement international très puissant. 35% de la population Bruxelloise n’a pas la nationalité belge. 85% de ces 35% est originaire de l’Union européenne. 50 000 personnes travaillent dans notre ville pour les institutions européennes, 5 000 personnes travaillent pour l’OTAN. Bruxelles est connu comme centre du lobbying et 2ème ville de congrès au monde.

Bruxelles est donc une ville-monde, mais évidemment aussi la capitale de la Belgique, de la Communauté Wallonie-Bruxelles et de la Flandre. Bruxelles est indissociable de la Wallonie et de la Flandre. Mais la Wallonie et la Flandre sont tout aussi indissociables de Bruxelles.

Bruxelles est une ville multiculturelle à l’esprit ouvert. Chacun, quels que soient ses origines, ses convictions ou son sexe, doit pouvoir s’y sentir chez lui. Bruxelles est une ville ouverte et inclusive.

Ce résultat est le fruit d’un long travail.

Voici ce que je retiens comme éléments marquants du bilan de la législature communale 2012-2018.

Bonne lecture et n’hésitez pas à revenir vers moi si vous souhaitez obtenir des précisions !

***

CPAS

Garantir les missions sociales du CPAS

Chères Bruxelloises et chers Bruxellois,

C’est avec fierté que nous, conseillers/ères socialistes du CPAS, vous présentons les fruits d’un travail de 6 ans. Avec votre soutien, nous le poursuivrons avec le même enthousiasme. Durant cette législature, nous avons agi ensemble, animés par le même objectif : contribuer à ce que chacun mène une vie plus conforme à la dignité humaine. A travers l’octroi du Revenu d’intégration sociale (RIS), bien sûr, mais pas seulement.

Notre action embrasse un éventail plus large d’aides et de soutiens.

On pense évidemment à l’accès à un logement abordable. Dans un contexte général difficile, nous avons redoublé d’efforts pour augmenter l’offre de logement public. L’action commune de la Ville de Bruxelles et du CPAS a permis de porter à 20% la proportion de logement public sur le territoire communal, un record en Région bruxelloise.

Les aînés ont également été au cœur de nos priorités. Une nouvelle Maison de repos et de soins « Maison Vésale » a ouvert ses portes. Un projet innovant dédié aux personnes présentant des signes de démence et porté par une équipe pluridisciplinaire tournée vers les besoins des habitants et non l’inverse.

Avec le projet « DREAM », nous avons poursuivi la lutte contre le gaspillage des denrées alimentaires et des invendus du Marché Matinal Vroegmarkt (MABRU). Le lien entre les commerçants et les producteurs s’est renforcé et a permis la distribution des invendus aux différentes associations sur notre territoire.

Plus que jamais nous misons sur l’aide aux études, vecteur d’émancipation et passeport pour l’emploi. Ouvertes pendant les blocus, les salles d’étude du CPAS offrent désormais de bonnes conditions de travail à celles et ceux qui ne les retrouvent pas à domicile. Plus de 5.000 étudiants ont ainsi bénéficié de places dans les locaux aménagés et équipés en matériel informatique.

Avec l’ouverture imminente du centre d’entreprises Be-Here, sur l’ancien site BYRRH, poursuivant sur le succès des Ateliers des Tanneurs, ce sont plus de 200 nouveaux emplois locaux et durables qui seront créés dans le quartier Tivoli, à Laeken.

Ce ne sont là qu’une partie des projets menés sous cette législature par le CPAS qui perpétue notamment les services du réseau hospitalier Iris, de l’Usine du linge.

Ce travail n’aurait jamais pu être accompli sans le travail et l’appui des quelque 2.500 travailleurs du CPAS, œuvrant souvent dans l’urgence.

Nous vous remercions pour votre confiance,

Le Président du CPAS et les Conseillers/ères PS

Ahmed El Ktibi (no 5), Delphine Houba (no 8), Michel Barnstijn (no 15), Sonia Lhoest (no 16), Viviane Laroy (no 26) et Henk Van Hellem (no 45).

Enfance et jeunesse

Le budget investi par la Ville dans son enseignement, la jeunesse, la petite enfance et son personnel durant ces six dernières années s’élève à près de 261 millions €, malgré le contexte d’austérité générale que nous connaissons.

La mission consiste à organiser un accueil de qualité pour les enfants de 0 à 3 ans, qui leur permet de développer pleinement leur potentiel physique, psychique, émotionnel et social.

L’offre et la qualité du service de la petite enfance de la Ville de Bruxelles est en évolution positive constante. Ainsi, près de 519 nouvelles places ont été créées dans les milieux d’accueil de la petite enfance. Sachant que des budgets sont déjà engagés pour la création de 80 places pour la petite enfance dans les années à venir, cela représente au total 599.

La Ville de Bruxelles a fait le choix d’investir massivement dans son enseignement, sa jeunesse et l’accueil du jeune enfant. Ces investissements sont d’ordre matériel (infrastructures et équipements) et pédagogique (méthodologie et projets). L’objectif demeure une prise en charge de très grande qualité des enfants et des jeunes tout en veillant à donner à chacun les mêmes chances de réussite. Notre souci constant a été de renforcer un service public performant en matière d’éducation, qui permet le développement, la réussite et l’épanouissement de chacun, sans discrimination.

L’offre et la qualité de l’enseignement de la Ville de Bruxelles est en évolution positive constante. Ainsi, près de 2.544 nouvelles places ont été créées dans les écoles. Sachant que des budgets sont déjà engagés pour la création de 1.732 places scolaires, cela représente au total 4.276 nouvelles places scolaires.

Logement

Après avoir achevé son premier Plan Logement (Ville/CPAS) au-delà des ambitions initiales (plus de 1 000 logements créés), la Ville a engagé un nouveau Plan de construction de 850 logements publics durant cette mandature.

La Ville a également mené sa première opération acquisitive en vendant six maisons unifamiliales à Haren via un bail emphytéotique. Elle a ainsi permis à de jeunes ménages d’acquérir leur logement à un prix raisonnable.

Le guichet-logement de la Ville a d’autre part vu le jour sous cette législature tandis qu’elle est pionnière pour la gestion publique d’immeubles à l’abandon, sans consentement du propriétaire.

Propreté publique

Plus de 100 ouvriers sont venus renforcer les rangs du Service Propreté, portant à 270 le nombre de balayeurs et ouvriers, lesquels sont encadrés par 36 chefs d’équipe. Ensemble, ils assurent le balayage des voiries communales, la vidange des corbeilles publiques, l’enlèvement des dépôts clandestins, l’entretien des avaloirs, l’épandage de sel, le nettoyage des tags…

92 paires de bulles à verre sont réparties sur le territoire de la Ville. 23 paires de bulles à verre ont été enfouies de manière à limiter les nuisances visuelles et sonores. 24 bulles à huile expérimentales ont été installées à Neder-Over-Heembeek et Anneessens.

Les collectes d’encombrants ont augmenté de 2 à 3 par an (mars, juin et octobre).

Depuis 2017, 15 tonnes de vêtements réutilisables ont été collectées lors des collectes d’encombrants.

42 canisites supplémentaires ont été aménagés, portant à 67 le nombre de canisites à disposition des propriétaires de chiens. 32 urinoirs et 9 toilettes publiques ont été installés.

Sécurité et prévention

Notre zone de police est désormais équipée en segways et vélos. Cela permet aux agents de patrouiller plus aisément dans les zones piétonnes et les quartiers tout en améliorant leur accessibilité en rue.

Outre le Manager de la Tranquillité publique, une fonction créée à la Ville en 2012, au côté du Bourgmestre en dont la cellule dispose de 2 autres collaborateurs, en juin 2014 a été créée la patrouille policière HYPNOS. Sa mission est de veiller à l’habitabilité de certains quartiers qui concentrent une importante activité Horeca, vecteur de bruit, de rassemblement sur l’espace public voire de tapage nocturne. HYPNOS est chargée d’intervenir les jeudis, vendredis et samedis en soirée et durant la nuit, périodes de haute fréquentation des établissements Horeca, afin de contrôler le bruit, les rassemblements sur la voie publique et le tumulte qui nuisent à la quiétude des riverains. Ces policiers spécialisés dans le travail de nuit opèrent en parfaite collaboration avec les services de la Ville, ceux de l’IBGE responsables des mesures de son…

7 stewards polyvalents arpentent les rues de l’hyper-centre depuis janvier 2017. Ces agents qui connaissent parfaitement leur terrain, les riverains, les commerçants, le type de public fréquentant cette partie de la Ville, ont à cœur d’apporter une réponse rapide et adaptée aux problèmes de malpropreté et dégradation du mobilier urbain, de veiller à la tranquillité publique, d’orienter vers un relais social les personnes en errance, de renseigner les passants…

Chaque mois, le Bourgmestre a été à la rencontre des habitants d’un quartier, accompagné de la Police et de Bravvo afin de faire connaître aux Bruxellois les multiples services qu’offrent leur commissariat de quartier et l’asbl en charge de la prévention et pour trouver une solution aux problèmes parfois très circonscrits mais qu’ils rencontrent au quotidien près de chez eux.

Economie-Emploi

La Ville elle-même génère près de 4.300 emplois directs (personnel de la Ville) et près de 28.000 emplois indirects dans divers secteurs tels que l’enseignement, la santé, l’aide aux personnes, la Police, la construction, le tourisme, le sport, la culture, etc.

Un ensemble de trois nouveaux espaces a ouvert ses portes au pied du CPAS début 2018 : le Centre de tri, Big Bang et RecréArt. Ce nouveau modèle économique prône notamment la réutilisation de ressources et la création d’emplois locaux. Sur un petit tronçon de la rue Haute, les activités Big Bang, RecréArt, Duo et Centre de tri ont été pensées de manière à exposer toute la boucle de la récupération, de la récolte à la vente, en passant par le tri, le nettoyage et la transformation afin de sensibiliser les travailleurs, les habitants du quartier et les chalands, aux enjeux de la gestion des déchets et de leur utilisation.

Les Ateliers des Tanneurs, créés par le CPAS dans l’ancien Palais du Vin en plein cœur des Marolles, mettent à disposition des entreprises 6.000 m² d’espaces de production, réunion et organisation d’évènements ainsi qu’une large gamme de services. Les activités liées au développement durable ou à l’insertion socioprofessionnelle y sont favorisées.

Cohésion sociale

Le Bureau d’Accueil des Primo-Arrivants (BAPA) est chargé de mettre en œuvre le parcours d’accueil gratuit en Région de Bruxelles-Capitale (accueil, informations, formations sur les droits et les devoirs, bilan social, bilan linguistique, orientation et formation à la citoyenneté). Depuis sa création en 2016, 900 personnes ont suivi les modules d’informations droits et devoirs (10h) dispensés en 18 langues et 300 personnes la formation à la citoyenneté (50h).

Gouvernance

Les mesures prises à la Ville concernant la gouvernance, la transparence, les rémunérations et l’expertise sont les suivantes :

  • Diminution du nombre de mandats : -56,1% (-449 mandats)
  • Nombres de structures de la Ville : -10,6% (-7 ASBL)
  • Cadastre complet des structures de la Ville ainsi qu’un cadastre des mandataires par structure. Ce cadastre est accessible en ligne sur le site de la Ville de Bruxelles.
  • Toutes les rémunérations des mandats ont été alignées sur celles reprises dans l’Arrêté régional du 7 septembre 2017 portant exécution de l’Ordonnance 12 janvier 2006 relative à la transparence des rémunérations et avantages des mandataires publics bruxellois.

Ainsi :

  • 71,4% des structures « Ville » appliquent un mandat non rémunéré (50/70).
  • 10% des structures « Ville » appliquent une rémunération au jeton communal.
  • Le reste (18,6% ; soit 13 ASBL) appliquent désormais des plafonds de rémunérations. La Ville de Bruxelles ambitionne de devenir un pôle d’excellence en matière de bonne gouvernance.
  • Contrat de gestion type pour les structures qui ont plus de 100 équivalent temps plein et un chiffre d’affaires supérieur à 7.300.000€.

Budget-Finances

Nous avons ainsi mis un point d’honneur à gérer les deniers publics de façon responsable. Le budget ordinaire (fonctionnement) de la Ville de Bruxelles en 2012 était de 679 millions d’euros. En 2018, il s’élève à 812 millions d’euros. Le budget extraordinaire (investissements) de la Ville de Bruxelles en 2012 était de 105 millions d’euros. En 2018, il s’élève à 118,4 millions d’euros.

Conformément à nos engagements à l’égard des Bruxellois, la fiscalité n’a pas augmenté. En effet, à titre d’exemple, depuis 2001, le taux de l’additionnel à l’impôt des personnes physique (IPP) de la Ville est resté constant et s’établit à 6 %. Ce taux est inférieur à la moyenne (6,7 %) des 19 communes bruxelloises.

Contrats de quartier

Entre 2012 et 2018, 4 contrats de quartier ont été élaborés et mis en œuvre tandis qu’un contrat de quartier est en cours d’approbation par la Région bruxelloise.

Développement durable

La Ville s’est engagé de longue date pour le développement durable. Dotée d’un Agenda 21 local depuis 2008.

La Ville a également adopté son premier plan d’action pour le climat en 2018.

Cet outil ambitieux, qui donne pour objectif à la Ville une réduction de 40% des émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030, sera amené à intégrer et à chapeauter progressivement toutes les initiatives prises par la Ville en matière de développement durable, de mobilité douce, de sobriété énergétique et de sensibilisation du grand public à l’environnement.

La sensibilisation du grand public est assurée grâce aux activités de la cellule Eco-conseil (conférences, projections, ateliers, etc.).

L’appel à projets « Initiatives durables » ouvert aux associations et écoles a vu sa dotation augmentée afin de soutenir d’avantage encore les projets citoyens.

Les deux achats groupés d’électricité verte et de gaz organisés par la Ville ainsi que les primes environnementales communales, dont une nouvelle prime à l’achat d’un réfrigérateur performant à l’attention des ménages à faibles revenus, sont autant d’incitants financiers, de coups de pouce au pouvoir d’achat, qui permettent simultanément d’inviter les Bruxellois à adopter des comportements responsables et durables.

La Ville vise également l’exemplarité, notamment en matière de performance énergétique de ses bâtiments.

Un monitoring des consommations d’eau, d’électricité et de gaz permet d’éviter tout gaspillage.

L’isolation des bâtiments prioritaires (les plus énergivores) a été réalisée. Désormais 30% de la surface totale de toitures du parc immobilier de la Ville a été isolée soit près de 60.000 m². L’isolation permet en moyenne une diminution de 30% de la consommation d’énergie pour le chauffage du bâtiment ayant été isolé.

La Ville investit également dans des installations photovoltaïques : 5 700 m2 soit 3 941 panneaux ont été installés et produisent près d’1 000 000 kWh par an.

Ces investissements permettent des économies substantielles et contribuent à alléger le bilan carbone de la Ville.

Culture

Depuis 2012, 8 nouveaux lieux culturels ont ouvert leurs portes : un nouveau musée, la Garde-Robe Manneken-Pis et la réouverture du Musée des Egouts, la Centrale.lab, le Vaux-Hall du Parc de Bruxelles et le Vanderborght au centre-ville ainsi que le nouveau théâtre de marionnettes « Les Cœurs de Bois » à Laeken, l’ancienne gare de Laeken et le nouveau centre culturel à Neder-Over- Heembeek.

La Ville de Bruxelles a également investi dans l’ouverture du Musée bruxellois du Design(ADAM) et du Centre de la Mode et du Design (MAD).

L’accès à la culture a été amélioré en augmentant le nombre d’événements gratuits en espace public, en renforçant la culture de proximité via les centres culturels dans les quartiers, en distribuant chaque année 1.200 tickets de spectacles gratuits aux 65+, en mettant l’accent sur les activités gratuites ou à prix réduit à destination des familles le weekend, sous le label de « CurioCity »…

La décentralisation a permis d’amener la culture dans tous les quartiers et de la rendre accessible au plus grand nombre via l’ouverture de nouveaux lieux à Laeken (Théâtre de marionnettes « Les Cœurs de Bois » et l’ancienne gare de Laeken) et Neder- Over-Heembeek (nouveau centre culturel) et l’organisation d’événements dans des quartiers jusque-là peu utilisés : « Nuit Blanche » dans le quartier européen, « HOPLA ! » dans tous les quartiers, « Insifon » à Laeken puis Neder-Over-Heembeek, etc.

Etat civil – Démographie

La Ville de Bruxelles a poursuivi la modernisation et des services aux citoyens en installant, par exemple, de nouveaux guichets d’accueil à l’entrée du centre administratif pour mieux guider le citoyen vers les différents départements.

En même temps, la majorité a entamé un vaste projet de construction d’un nouveau centre administratif dont l’ouverture est prévue pour 2021. Depuis plusieurs années, la Ville souhaite rassembler ses différents services au citoyen au sein d’un même bâtiment moderne et bien pensé afin d’en faciliter l’accès et d’améliorer les conditions d’accueil.

Grâce aux technologies modernes, plusieurs démarches ont en outre été dématérialisées. Depuis 2016, plusieurs documents administratifs (composition de ménage, certificat de vie, certificat de nationalité, certificat de résidence, certificat d’inscription), parmi les plus demandés, ont été rendus disponibles à distance, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, en bonne collaboration entre l’Informatique et la Démographie. Ces guichets électroniques sont une première en Région bruxelloise. Plusieurs facteurs ont motivé cette évolution numérique dont la modernisation et l’efficacité du service public.

La lutte contre la fracture numérique consiste à ne pas défavoriser les personnes n’ayant pas accès à Internet ou au matériel requis (ordinateur et lecteur de carte). Pour cela, des bornes ont été installées au centre administratif et à l’antenne décentralisée de Laeken.

Personnel

La gestion des ressources humaines de la Ville a évolué d’une gestion administrative et pécuniaire vers une gestion des compétences des 4 200 membres du personnel que compte l’administration communale.

La formation a été intensifiée. L’évolution des dépenses en témoigne : de 297.000 € en 2012 à 496.000 € en 2017.

Une charte déontologique manquait à la Ville. Elle a été établie en 2013 et reflète les valeurs, les droits et les devoirs des membres du personnel en interne et en externe.

Egalité des chances

La Ville a élaboré en 2014 un plan d’action pour l’égalité entre les femmes et les hommes dans la vie locale. Ce plan a bénéficié de l’expertise d’une majorité de départements de la Ville engagés pour une plus grande égalité des genres, au sein du personnel comme dans la société. Evalué tous les deux ans, ce plan continue d’évoluer en fonction des thématiques mises en évidence dans l’actualité du jour.

Seniors

La Ville de Bruxelles a élaboré et entamé la mise en œuvre d’un plan « Seniors », dont la réalisation s’est poursuivie tout au long de la mandature 2012-2018. La Ville compte désormais 6 Espaces S, dont ceux du quartier Louise et de la Rotonde 58 (au pied de l’Atomium) récemment inaugurés. Des animations et activités récréatives à destination des aînés y sont proposées, notamment la lutte contre la fracture numérique afin d’éviter la fracture générationnelle. La Ville de Bruxelles a également lancé un label « Senior Friendly » qu’elle décerne désormais chaque année aux établissements Horeca, récompensant la convivialité, l’accessibilité, l’amabilité et la qualité des menus proposés.

La Maison Vésale, inaugurée le 8 mars 2017 dans l’est du Pentagone, synthétise ce qui se fait de mieux dans l’accompagnement de nos aînés. Cette maison de repos et de soins du CPAS peut accueillir 128 personnes souffrant de démence ou d’une maladie apparentée. Elle propose un lieu de vie « comme chez soi » dans lequel le résident dispose de ses repères familiers. L’accent est mis sur la « démédicalisation » de l’environnement (liberté de circuler, personnel de soin et d’encadrement en tenue civile, partage de la salle de sport, respect du rythme de chacun, création d’une cuisine propre…). C’est donc la structure qui s’adapte aux besoins du résident et non l’inverse. Un groupe de travail pluridisciplinaire a été créé pour concevoir le projet (directeurs de maisons de repos, personnel soignant, psychologues…). La réussite de celui-ci en a fait la destination de voyages d’étude et une source d’inspiration pour les acteurs de la politique d’accueil des aînés. Cet établissement moderne traduit la volonté du CPAS d’associer des projets de vie spécifiques à chaque établissement. Chacun doit pouvoir trouver sa place dans la société et donc aussi dans les maisons de repos.

La Ville de Bruxelles a également mis en place le plan « Senior Focus » avec l’aide de la Police et de l’asbl BRAVVO. Ce plan propose, depuis juin 2011, des programmes de sensibilisation et de prévention au vol par ruse, au cambriolage, ainsi que des visites de techno-prévention. Il prévoit également le renfort de la présence dissuasive (avec un intérêt très appuyé pour les gardiens de la paix) et du volet policier répressif (dépôt de plainte à domicile).

Solidarité internationale

Depuis 2002, la Ville développe une politique de solidarité internationale. Pour ce faire elle a créé des outils de soutien aux associations, des partenariats internationaux directs avec d’autres localités et des campagnes d’information et de sensibilisation aux enjeux de la mondialisation et du développement.

Sous cette mandature, nous avons privilégié le soutien aux actions de sensibilisation portées par des acteurs locaux, l’enveloppe de notre appel à projets annuel destiné aux ONG et associations actives dans le domaine de la solidarité internationale a été augmentée.

Dans le domaine de la coopération internationale, nous avons poursuivi notre partenariat avec la Ville de Kinshasa en République démocratique du Congo et plusieurs villes dans le Nord du Maroc.

Informatique

Les technologies de l’information et de la communication font désormais partie intégrante de notre vie quotidienne. En 2012, nous avions entamé la transition de l’échevinat de l’Informatique vers un échevinat des nouvelles technologies numériques.

Ces six dernières années, nous avons consolidé le développement de ces nouvelles technologies afin de les orienter exclusivement vers l’amélioration du service rendu aux usagers de la Ville. Parmi les différents outils mis à disposition de nos concitoyens mentionnons les guichets électroniques, l’inscription en ligne des candidats locataires à la Régie foncière, le portail de l’ensemble des bibliothèques de la Région, le nouveau site de la Ville, le Wifi dans l’espace public, l’accès et l’usage libre des données numériques (open data), l’équipement et les logiciels informatiques de nos écoles.

La lutte contre la fracture numérique se caractérise par la mise à disposition de bornes e-guichet au Centre administratif, l’augmentation des espaces publics numériques (EPN) et des points d’accès public à Internet (PAPI). La Ville propose sur son territoire des PAPI dans 6 bibliothèques publiques (20 postes) et des EPN dans 3 autres bibliothèques communales (46 postes).

En collaboration avec notre partenaire TIC-Tanneurs, nous assurons par ailleurs le reconditionnement du matériel informatique déclassé de la Ville pour répondre aux nombreuses demandes du milieu associatif bruxellois : écoles des devoirs, Maison de l’Emploi, etc. Enfin, nous avons modernisé le site Internet de la Ville en mai 2017.

Nous avons de la même manière entamé la transition de la Ville de Bruxelles vers une ville intelligente au service du citoyen. Pour ce faire une coordinatrice Smart City a été engagée en 2015. Elle est chargée de définir la vision, les objectifs et les axes stratégiques de la Smart City pour les prochaines années.

 

 

Share This